T'ANG

HAYWEN

1927 - 1991

T'ang Haywen (1927-1991), né à Xiamen, en Chine, est une figure importante de l'encre moderne. Il appartient au groupe de peintres chinois qui se sont installés à Paris après la Seconde Guerre mondiale. De l'encre à l'huile, les peintures gestuelles de T'ang Haywen imprègnent l'espace pictural d'une énergie flagrante mais subtile - à la fois dynamique, texturée, débridée et expressionniste.

T'ang Haywen n'a reçu aucune formation artistique formelle, s'étant installée à Paris en 1948 pour faire carrière dans la médecine. Une fois en France, cependant, T'ang a rapidement commencé à poursuivre son ambition de longue date de devenir peintre en s'immergeant pleinement dans l'environnement culturel de l'époque. Il se distingue ainsi de ses contemporains parisiens, Chu Teh-Chun et Zao Wou-Ki, qui ont étudié avec Lin Fengmian, tandis que les sources de l'art de T'ang Haywen se trouvent dans les enseignements de la calligraphie traditionnelle chinoise et des principes taoïstes.

T'ang Haywen était prédisposé à la gouache, à l'encre ou à l'huile sur papier et, en tant qu'exercice esthétique, il a fusionné les éléments traditionnels chinois du lavis abstrait avec le style plus lyrique de l'Occident. Dans la pratique de T'ang, ce format est devenu systématique, éliminant toute préoccupation concernant les dimensions spatiales sous lesquelles il créait. Ces dimensions définissent les œuvres d'art tout en conférant une identité visuelle reconnaissable à son œuvre. Né de la juxtaposition de deux feuilles de papier réunies en une seule, le diptyque est suffisamment vaste pour englober le monde, un monde que l'histoire a jugé être uniquement celui de T'ang. Son œuvre révolutionnaire a transcendé les frontières culturelles de l'Orient et de l'Occident. Utilisant des techniques innovantes, T'ang compose dans le cadre des idéaux artistiques taoïstes, en épousant les principes de naturel, de spontanéité et de simplicité. Dans les œuvres exposées, la mimésis de la nature est abandonnée, T'ang construisant un royaume métaphorique très personnel où l'énergie pure est capturée avec une beauté saisissante.

La reconnaissance de la réussite artistique de T'ang a culminé après sa mort en 1991, grâce à de nombreuses rétrospectives au niveau des institutions : Musée océanographique de Monaco (1996) ; Musée des beaux-arts de Taipei, Taipei, Taïwan (1997) ; Maîtres de l'Encre Chang Dai-Chien - T'ang Haywen - Zao Wou-Ki, Musée de Pontoise, France (1999-2000) ; Chemins de l'encre, Musée Guimet, Paris, France ; Galerie Shiseido, Japon (2002) ; Brise de Paris, Galerie Eslite, Taipei, Taïwan (2014).

Pour plus d'informations sur le travail de T'ang Haywen,

merci de bien vouloir nous contacter en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Previous Strategic Partnerships

You Might Have Seen Us Here

tele-matin.jpg

DARMO ART

  • Darmo Art IG

©2020 - CREATED BY DARMO ART